Afghanistan /Série d’attaques des taliban : 31 policiers et militaires tués

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Violences -  Une trentaine de policiers et militaires afghans ont été tués depuis lundi dans une série d'attaques talibanes contre des points de contrôle, ont indiqué des responsables mardi.


Outre ces raids meurtriers, qui se sont produits lundi soir dans les provinces de Kandahar (sud) et Farah (ouest), un kamikaze a lancé son véhicule contre un convoi militaire américain, blessant 4 soldats.
Les taliban ont revendiqué ces attaques dans des communiqués sur les réseaux sociaux.
«Je peux confirmer que les taliban ont lancé une série d'attaques hier soir (lundi) sur des points de contrôle de police, dans les districts de Maiwand et Zhari, et nous avons perdu 22 braves policiers», a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouverneur de Kandahar, Qudrat Khushbakht. Au moins 15 autres policiers ont été blessés.
Selon lui, 45 assaillants ont également été tués pendant les combats, qui ont duré environ six heures. L'attaque du convoi américain à Kandahar a fait «4 blessés (...) qui se trouvent tous dans un état stable», selon un porte-parole de la mission de l'Otan en Afghanistan, Resolute Support. Dans la province de Farah, proche de l'Iran, 9 soldats et au moins 3 civils ont été tués dans deux attaques distinctes, selon le porte-parole du gouverneur, Naser Mehri. «Il y a des signes que les taliban pourraient avoir utilisé des technologies de vision nocturne pour se rapprocher et surprendre nos troupes, bien qu'ils aient été repérés avant d'arriver aux postes et aient subi des pertes», a-t-il dit à l'AFP. Les forces afghanes subissent des pertes considérables face aux attaques des taliban, et plus encore la police que l'armée.
Les taliban ont multiplié les attaques contre les forces de sécurité dans le pays ces dernières semaines, alors que les Etats-Unis sont en train de déployer des forces supplémentaires.
Ils ont à plusieurs reprises recouru à des humvees et des voitures de police piégés pour attaquer les bâtiments des forces de sécurité. Soldats et policiers afghans, souvent peu entraînés et mal équipés, continuent de payer le prix fort de leur engagement. Les autorités ne dévoilent pas leurs pertes mais le Sigar, l'organisme du Congrès américain qui surveille les dépenses des Etats-Unis en Afghanistan, les a souvent jugées «choquantes» et «insoutenables».
Les taliban, qui ont enregistré peu de gains et aucune victoire marquante au cours de leur «offensive de printemps», lancée fin avril, sont en revanche chez eux dans de nombreux districts du Sud et du Sud-Est, frontaliers du Pakistan. Ils ont promis de s'en prendre «principalement» aux «forces étrangères, leurs infrastructures militaires et de renseignement (et à) leurs mercenaires locaux». «L'ennemi sera visé, harcelé, tué ou capturé jusqu'à ce qu'il abandonne ses derniers postes», assurent-ils alors.
R. I. / Agences