Pouvoir d'achat du citoyen : Comment le protéger

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Dynamique -  Une série de mesures et de procédures ayant pour but de protéger le pouvoir d'achat et la préservation de la santé du citoyen a été soumise par la Fédération algérienne des consommateurs (FAC) au ministre du Commerce.


S'exprimant lors du Forum d’El Moudjahid, le président de la FAC, Hariz Zaki, a indiqué que parmi les mesures proposées au ministre, lors de sa rencontre avec les organisations et associations de protection du consommateur, figurent l'encouragement et l'accompagnement des investisseurs dans la réalisation de grands marchés à même d'encadrer l'activité commerciale et contrôler le prix et la traçabilité des produits.
Il a été proposé également que les récoltes soient convoyées directement des champs aux marchés de gros en vue de contrecarrer la spéculation et contenir le rôle des spéculateurs, outre la révision de la politique de subvention directe destinée aux ménages à faible revenu et l'augmentation des taxes sur les produits importés, ce qui permettra, selon M. Hariz, de protéger le produit national et encourager l'investissement dans les différents secteurs économiques. Le même responsable a appelé à lutter contre la bureaucratie sous toutes ses formes, particulièrement dans le domaine de l'investissement, soulignant le rôle central des communes en matière de recherche de nouvelles sources pour leurs budgets sans compter sur le soutien de l'Etat. Relevant la nécessité de soutenir et de renforcer les efforts visant à rationaliser la consommation d'énergie, M. Hariz a affirmé que la demande en matière d'énergie a connu ses dernières années une tendance haussière, ce qui nécessite, a-t-il dit, une augmentation des investissements dans ce secteur, avec la vulgarisation de la culture de l'économie de l'énergie pour pallier le gaspillage et la surconsommation. Evoquant la finance islamique devant être lancée prochainement au niveau des banques publiques, il a affirmé qu'elle contribuera largement à attirer les fonds existant en dehors du circuit bancaire officiel, avant de mettre en avant l'impératif de soutenir et de généraliser progressivement le financement islamique. Pour sa part, le vice-président de l'Association de protection du consommateur de la wilaya de Laghouat, M. Abid Mohamed, a souligné la nécessité de rechercher de nouvelles solutions pour encourager l'épargne et attirer, ce faisant, les fonds du marché parallèle vers le circuit officiel, ce qui permettra de financer l'économie nationale, particulièrement dans la conjoncture actuelle, marquée par une contraction des recettes en devise de l'Etat, en raison notamment du recul des prix des hydrocarbures. Il a également abordé la problématique du commerce parallèle qui en dépit des mesures prises continue à impacter négativement l'économie nationale, appelant, dans ce sens, à une application rigoureuse des lois pour éradiquer ce fléau.
R. N.