Agriculture : La sécurité alimentaire en question

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Diversification -  L’Etat accorde un intérêt primordial au secteur agricole, au vu de son rôle stratégique dans la consécration de la sécurité alimentaire.


C’est ce qu’a assuré, hier à Blida, le secrétaire général du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Kamel Chadi.
Dans une intervention lors du séminaire consacré au lancement d’un pôle de compétitivité agroalimentaire dans la Mitidja, abrité par l’université Saâd Dahleb de Blida, M. Chadi a qualifié le secteur agricole (toutes filières confondues) de locomotive d’importance dans le développement humain et territorial tout en constituant une alternative pour la diversification de l’économie hors hydrocarbures, d’autant plus que l’Algérie est dotée d’importantes capacités dans ce domaine, a-t-il assuré.
Il a cité pour preuve le développement considérable réalisé par le secteur agricole, ces 15 dernières années, en représentant un taux de 12% du produit intérieur, ce qui est en soi, a-t-il poursuivi un indice encourageant pour redoubler d’efforts en vue de consacrer les objectifs fixés pour l’horizon 2021, les plus importants étant un taux de croissance de 2% dans le secteur et porter la valeur des produits agricoles, sylvestres et piscicoles à 40 milliards de dollars contre 30 milliards en 2016. Il a, également, cité parmi les autres objectifs fixés pour le secteur, le relèvement de la surface agricole irriguée à deux (2) millions d’hectares, et celle de la production halieutiques et aquacole à 200 000 tonnes, contre 100 000 tonnes actuellement, avec à la clé la création de 1 500 000 emplois, dont 80 000 dans la pêche et l’aquaculture.
Pour atteindre cet objectif, le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a initié un partenariat avec l’Union européenne, englobant un programme de soutien à la diversification de l’économie nationale en plusieurs étapes, dont quatre opérations de jumelage, a indiqué le même responsable, avant de lancer un appel à tous les investisseurs et partenaires du secteur en vue de marquer leur contribution à la réussite des cent pôles agricoles intégrés, en prenant en compte les spécificités de chaque région du pays.
Dans cet ordre d’idées, à l’issue de cette même rencontre, le ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a affirmé que le choix de la Mitidja pour abriter cette rencontre s’explique, par le «grand dynamisme de cette région dans le domaine de l’agroalimentaire». Cette région englobe près de 23 000 entreprises activant dans ce créneau et représentant la moitié de la production industrielle nationale hors hydrocarbures.
R. N.