Agriculture : Cap sur le Sud et les Hauts-Plateaux

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Démarche -  Le développement de l’agriculture dans les régions sahariennes et les Hauts-Plateaux figurait parmi les priorités du plan d’action du gouvernement visant la mise en valeur davantage
de terres agricoles, notamment à Adrar.


C’est ce qu’a indiqué en substance hier le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, lors de l’inspection d’une exploitation spécialisée dans la phúniciculture dans la commune de Tinerkouk (Nord de Timimoune).
Abdelkader Bouazgui a précisé que ce plan d’action s’articule sur l’accompagnement et le soutien de différents partenaires agricoles, opérateurs aussi bien nationaux qu’étrangers, en vue de soutenir l’agriculture de manière moderne et intensive, notamment dans les régions du Sud et des hauts plateaux. L’approche vise la promotion de la production végétale et animale, poursuit-il, ajoutant que ce plan est porteur de perspectives prometteuses dans la région, notamment en matière de développement de l’élevage camelin.
Le plan du gouvernement prévoit, entre-autres axes, la redynamisation des fonds de développement des régions du Sud et des hauts plateaux, à même d’encourager les agriculteurs et de booster la production agricole, dont les résultats sont palpables ces dernières années dans ces régions grâce à l’apport de ces deux dispositifs, a noté le ministre. Le ministre de l’Agriculture a signalé que sa visite dans la wilaya traduit le soutien du gouvernement aux agriculteurs des régions du Sud, eu égard aux larges potentialités agricoles dont elles disposent. M. Bouazgui a mis l’accent sur la nécessaire exploitation des terres attribuées dans le cadre de l’accession à la propriété foncière agricole ou de celui de la concession agricole. "Il est inconcevable de laisser des terres inexploitées tout au long d’une décennie", a déploré le ministre en soulignant que cet état de fait nécessite "la prise de mesures rigoureuses pour mettre un terme à cette situation entravant le développement agricole". La sécurité alimentaire, le renforcement des moyens financiers pour l’amélioration des rendements agricoles pouvant assurer l’autosuffisance alimentaire en Algérie ainsi que la stabilité des prix des produits agricoles constituent depuis quelques années les principaux objectifs tracés par le gouvernement. Certes l’agriculture algérienne peine à se développer et est loin d’atteindre les résultats probants, mais il n’en demeure pas moins , que l’on mise aujourd’hui sur les immenses espaces du Sud du pays , la nouvelle destination de beaucoup d’experts , qui considèrent, ce potentiel agricole ,un véritable créneau d’avenir. Cela dit , la problématique de l’optimisation de l’offre ne peut pas , à elle seul résoudre le problème de la flambée des prix des produits agricoles frais essentiellement durant les grands événements de l’année , il faudrait, songer à remettre de l’ordre dans le secteur à commencer par la stabilité des prix qui constitue une des principales sources de l’inflation réductrice du pouvoir d’achat du consommateur
Samia L