Spéculation : Les moyens de contrôle sont «faibles»

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Aveu n Le ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, a mis en exergue, hier à Oran, la «faiblesse» des moyens disponibles pour lutter contre la spéculation dans l'activité commerciale.

«Nous luttons contre la spéculation avec les moyens, dont nous disposons», a expliqué le ministre en marge de la visite de travail qu’effectue le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya d’Oran. Selon M. Tebboune, «seuls 10 000 contrôleurs sont sur le terrain à  l’échelle nationale alors que les besoins sont estimés à 200 000 contrôleurs».
«Avec ces effectifs, il est quasiment impossible de contrôler chacun des 3 250 000 commerçants en activité à travers le pays», a-t-il jugé. Le ministre a, par ailleurs, indiqué que lors d’une récente réunion avec l’association de défense des consommateurs, «des cas de stockage des  viandes blanches par des spéculateurs lui ont été signalés, et ce, dans la perspective du mois de ramadhan au cours duquel une forte demande sur ce produit est traditionnellement enregistrée». Concernant les viandes rouges, il a assuré qu'«aucun cas de fièvre aphteuse n’a été signalé dans les wilayas d’El-Bayadh, Nâama, Laghouat et Khenchela, qui disposent à elles-seules d’un cheptel de 27 millions de  têtes ovines». «La consommation de viande rouge ne pose aucun problème, a rassuré M.  Tebboune. Il y a deux jours le ministère du Commerce a installé une commission de contrôle des activités commerciales ayant pour mission fondamentale, l’organisation du commerce, la maîtrise des prix et le contrôle de la provenance des produits entrants en Algérie.  Cette commission devrait donner aussi un coup de pied dans la fourmilière de la spéculation  qui a gangréné nos marchés ces derniers mois.  En plus de cette opération de contrôle et pour faire face à l’envolée draconienne des prix des produits de large consommation qui a fait couler beaucoup d’encre, M. Tebboune a envisagé de revoir la chaîne commerciale. Avant hier le ministre a dit avoir proposé au Premier ministre de promulguer un décret qui autorise le producteur à vendre directement les   produits alimentaires au consommateur. «Une telle mesure contribuera efficacement à juguler la spéculation et le monopole notamment pour ce qui est des produits alimentaires de large consommation». Selon M. Tebboune, «cette mesure vise à éliminer les intermédiaires qui interviennent dans l'opération commerciale et qui augmentent de 4 ou 5 fois le prix des produits sur les marchés de détail avant qu'ils n'arrivent au consommateur final». Un numéro vert (1020) a été mis en service il y a quelques jours pour signaler «les dépassements» des commerçants dans la vente des produits de large consommation et les pratiques portant atteinte à la santé du consommateur. «Il est vital d’associer les citoyens dans la lutte contre les pratiques malsaines et spéculatives des commerçants», a estimé le ministre du Commerce par Intérim.
Samia L.