Grèce : députés et/ou malfrats ?

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

24Acteurs politiques de plein droit ou malfrats à bannir ? l'ambiguïté prévaut en Grèce sur le statut des députés du parti néonazi Aube dorée, dont 13 sont jugés depuis près de deux ans pour formation de «bande criminelle».

Le renvoi devant la justice de la direction d'Aube Dorée (AD) avait constitué le premier coup de frein sérieux à cet ex-groupuscule extrémiste,  propulsé au Parlement avec 21 élus en 2012 par la crise socio-économique. Ce sursaut judiciaire avait suivi la mort du rappeur Pavlos Fyssas, poignardé en 2013 par un militant du parti. Auparavant, l'apathie officielle prévalait face aux violences xénophobes et politiques dont la hiérarchie d'AD doit désormais répondre. Mais le procès, ouvert en avril 2015 contre un nombre record de 69 accusés, a tardé à trouver son rythme. Entretemps, 18 députés d'AD ont été réélus aux législatives de septembre 2015. La durée du procès «maintient la pression pénale» sur AD, «mais envoie aussi le message que les institutions ne sont pas très attentives au problème», analyse le secrétaire général sortant du ministère de la Justice. «Savoir que faire d'un parti entré au Parlement dont la direction est jugée pour crimes est de fait très complexe, il n'y a pas de réponse et de lignes définies», ajoute ce vétéran de la défense des droits de l'homme en Grèce.  

 M'sila  : 20 ans pour l’assassin de Razika Cherif

l L’assassin de le jeune Razika Cherif, écrasée par une voiture à M’sila, a été condamné par la chambre criminelle de la cour de M’sila à 20 ans de prison ferme et à verser à la famille de la victime une somme de 2 millions de dinars (200 millions de centimes). L’affaire remonte au 10 novembre 2015. Un automobiliste a harcelé Razika Cherif qui marchait avec son frère dans une rue de Magra. Econduit, le chauffeur a écrasé la jeune fille qui a rendu l’âme.

Brésil : le scandale Petrobras et la liste «Janot»
L'étau s'est resserré hier au Brésil autour des politiciens corrompus, avec la demande du  procureur général Rodrigo Janot d'ouvrir 83 nouvelles enquêtes dans le cadre du scandale Petrobras. Les noms des personnes citées dans la «liste Janot» n'ont pas été dévoilés officiellement, mais plusieurs médias locaux évoquent cinq ministres du gouvernement du président conservateur Michel Temer, ainsi que les présidents des deux chambres du parlement. Parmi eux, le nouveau ministre des affaires étrangères, Aloysio Nunes, nommé au début du mois en lieu et place de José Serra, lui aussi mentionné. La presse brésilienne cite aussi les deux derniers présidents de la République, Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), icône de la gauche, déjà inculpé dans plusieurs volets de l'enquête, et sa dauphine Dilma Rousseff  (2011-2016), destituée l'an dernier après avoir été accusée de maquiller les comptes publics. La requête du procureur général a été envoyée à la Cour suprême (STF), sur la base des  confessions explosives de 77 anciens cadres du géant du BTP Odebrecht ayant noué des accords avec la justice en échange de remises de peine. Ce groupe est au cœur du vaste  système de versement de pots-de-vin que les plus grandes entreprises du bâtiment du pays avaient monté pour obtenir des marchés   surfacturés.
Vénézuela : «un pays en crise humanitaire»
l Le Parlement vénézuélien, où l'opposition est majoritaire, a déclaré hier le pays en «crise humanitaire» sur le plan alimentaire, une situation qu'il veut dénoncer devant les Nations  unies et l'Organisation des Etats américains (OEA).«L'Assemblée nationale déclare une crise humanitaire sur le plan alimentaire (...) et accepte d'exiger de tous les organismes publics qu'ils adoptent des mesures urgentes afin de lutter contre la faim dont souffre le peuple», indique un document approuvé par l'opposition. Le pouvoir législatif va donc créer une commission chargée d'identifier des «sources» sur le plan international, «afin de lutter contre la faim», qui comprendront notamment des orga-nisations internationales et des délégations diplomatiques. Le Venezuela est plongé dans une profonde crise économique, avec une pénurie frappant 68% des produits basiques et une inflation incontrôlable (1.660% en 2017, prédit le FMI). Le Parlement a estimé que le modèle économique du gouvernement, «basé sur l'étatisme et les expropriations arbitraires», a fait chuter la production nationale et entraîné une «inflation de 700% et une pénurie de 90%». Dans le pays, 9,6 millions de Vénézuéliens - presque un tiers de la population - ne mangent qu'un ou deux repas  maximum par jour.

Australie : des écouteurs alimentés par des batteries explosent en plein vol
l Une femme a été brûlée aux mains et au  visage quand ses écouteurs ont pris feu durant un vol pour l'Australie, ont annoncé les autorités ce matin en mettant en garde contre l'utilisation à bord d'objets alimentés par des batteries. La passagère écoutait de la musique à bord d'un vol entre Pékin et Melbourne le 19 février lorsqu'une explosion bruyante s'est produite. «J'ai voulu me retourner et j'ai senti mon visage brûler», a-t-elle expliqué au Bureau australien de la sécurité des transports (ATSB) chargé de l'enquête. «J'ai saisi mon visage, ce qui a fait que les écouteurs se sont retrouvés autour de mon cou. Ça brûlait toujours alors je les ai pris et je les ai jetés à terre. Il y avait des étincelles et des petites flammes». Le personnel de cabine s'est précipité pour lui venir en aide, versant un seau d'eau sur l'objet du délit. La batterie et sa protection ont cependant fondu et se sont retrouvées collées par terre. Sur des photographies, on voit le visage et le cou noircis de la passagère non identifiée. Elle a aussi des ampoules sur les mains. «Les gens se sont étouffés et ont toussé pendant le restant du vol» à cause des odeurs de plastique, d'électronique et de cheveux brûlés, a-t-elle ajouté. L'ATSB a estimé que des batteries lithium-ion, avaient vraisemblablement provoqué l'incident.

Australie : une blogueuse reconnue coupable d'avoir menti sur son cancer
l Une blogueuse australienne qui avait raconté à tort avoir souffert d'un cancer du cerveau et s'en être sortie grâce aux thérapies naturelles a été reconnue coupable ce matin par la justice d'avoir trompé l'opinion publique. Belle Gibson, 25 ans, avait publié en 2013 un ouvrage de cuisine à succès et une application pour smartphones après être parvenue à la célébrité grâce au récit de sa prétendue lutte victorieuse contre son cancer du cerveau. Pour guérir, avait-elle expliqué, elle avait utilisé des techniques alternatives comme la médecine ayurvédique et suivi un régime sans gluten ou sucre raffiné. Mais en 2015, elle avait avoué dans un magazine australien avoir tout inventé et n'avoir jamais été malade. Le service chargé de la protection des consommateurs de l'Etat de Victoria, a porté plainte contre la blogueuse et la Cour fédérale a retenu la plupart de ses arguments. La jeune femme a eu «un comportement trompeur et mensonger», a dit la Cour. La peine n'a pas encore été déterminée mais elle encourt personnellement jusqu'à 220 000 dollars australiens d'amende (156 000 euros) et sa société jusqu'à 1,1 million de dollars australiens de pénalités. «Mme Gibson a délibérément joué sur le désir des Australiens de venir en aide aux moins chanceux», a déclaré la juge Debra Mortimer.

USA : enfin une feuille d'impôts de Trump
l Un coin de voile a été levé hier mardi sur les revenus du président américain Donald Trump, avec la publication par un média d'une partie de la feuille d'impôts 2005 du milliardaire, la Maison-Blanche confirmant les montants. L'homme d'affaires républicain a toujours refusé de publier ses déclarations de revenus, contrairement à une tradition de transparence visant à identifier d'éventuels conflits d'intérêts pour les candidats à la Maison-Blanche. M. Trump refusait de s'y plier en raison des contrôles fiscaux dont il fait l'objet depuis des années, selon lui. La chaîne MSNBC a publié les deux pages principales de la déclaration du couple Trump de 2005, montrant le paiement d'environ 38 millions de dollars d'impôt fédéral sur le revenu (36,5 selon un autre calcul), sur un peu plus de 150 millions de revenus. Le document a été découvert par le journaliste indépendant David Cay Johnston, qui dit l'avoir reçu dans sa boîte aux lettres. Il est l'auteur d'un livre sur M. Trump. Les médias étaient depuis l'an dernier à la recherche de ces feuilles d'impôts, afin de déterminer les sources de revenus de l'homme d'affaires, notamment dans la vingtaine de pays où l'organisation Trump a noué des partenariats immobiliers et hôteliers.