France : l’attaquant du Louvre serait égyptien

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

24Les enquêteurs français pensent avoir  identifié l'auteur de l'attaque menée hier à la machette contre des  militaires au Louvre à Paris: ils soupçonnent le suspect d'être un Egyptien de  29 ans, arrivé en France il y a une semaine avec un visa touristique.

  L'homme, grièvement blessé au ventre par un tir d'un des soldats, était  toujours hospitalisé dans la soirée. L'enquête a permis de retracer son parcours à Paris, où il est arrivé avec  un visa touristique le 26 janvier. Il a loué une voiture le lendemain puis  acheté le 28 janvier en liquide deux machettes "de 40 centimètres chacune" dans  une armurerie. C'est avec ces deux machettes qu'il a attaqué hier vers 08H50 GMT  quatre militaires à l'entrée de la très touristique galerie du Carrousel du  Louvre donnant accès au musée le plus fréquenté du monde, "dans une zone en  amont du point de contrôle des sacs", a précisé le procureur de Paris.  Vêtu d'un T-shirt noir à tête de mort et "armé d'une machette dans chaque  main, bras levés et pliés derrière la tête", "il s'est précipité sur eux en  criant +Allah Akbar+" et a "frappé à la tête un premier militaire". Après avoir tenté de repousser l'assaillant une première fois sans user de  son arme, un deuxième soldat a ouvert le feu, à quatre reprises, le blessant  "très grièvement". L'individu était également porteur d'un sac à dos,  "contenant des bombes aérosol de peinture".  Le soldat a été blessé légèrement au cuir chevelu.  

Afghanistan : un village enseveli par une avalanche
l Dix personnes ont trouvé la mort et douze autres ont été blessées dans une avalanche qui a enseveli, hier soir, un village dans la province afghane de Badakhshan (nord), a annoncé hier un responsable local. Le bilan devrait s'alourdir, l'avalanche ayant détruit 18 maisons dans ce village reculé, a-t-il ajouté.

Libye : plus de 1 300 migrants secourus,  «cauchemar absolu» au large du pays
Plus de 1 300 migrants ont été secourus au large de la Libye, pour la plupart par des navires humanitaires qui ont évoqué une situation de «cauchemar», au moment où les dirigeants européens  se penchaient sur la question à Malte. Ce bilan, fourni par les gardes-côtes italiens qui coordonnent les  opérations dans la zone, porte à plus de 3 050 le nombre de migrants secourus depuis mercredi. «C'est un cauchemar absolu en ce moment. Nous sommes bien au-delà de notre  capacité», a déclaré sur Twitter un responsable MSF à bord de l'«Aquarius», prévu pour 400 personnes et qui comptait hier soir 785 migrants à bord. «Il n'y a pas assez de navires de secours dans la zone (...). Nous avons  demandé du soutien mais personne n'est disponible», a-t-il ajouté. «Des brûlures dues au carburant, des blessures, des bébés... Journée  difficile», a pour sa part commenté un autre humanitaire sur Twitter. Les deux gros navires professionnels de secours très actifs en mer cet hiver, le «Diciotti» des gardes-côtes italiens et le «Siem Pilot», navire norvégien de l'agence européenne Frontex, ont débarqué  hier dans deux ports italiens les nombreux migrants secourus mercredi. Réunis en sommet à Malte, les dirigeants européens se sont engagés hier à aider la Libye à lutter contre les passeurs, mais de nombreuses organisations  internationales et ONG ont mis en garde contre les mesures envisagées.

USA : une conseillère de Trump évoque un massacre... qui n'a jamais eu lieu
l Kellyanne Conway, proche conseillère de  Donald Trump, s'est référée à un massacre... qui n'a jamais eu lieu, en voulant défendre dans une interview le décret anti-immigration signé par Donald Trump la semaine passée.  La conseillère était interrogée par la chaîne MSNBC jeudi soir. Elle a défendu le décret anti-immigration du président en estimant qu'il était identique à une mesure prise par son prédécesseur Barack Obama. «Je parie que ce sont de nouvelles informations pour les gens que le président Obama a suspendu durant six mois le programme pour les réfugiés irakiens après que deux Irakiens entrés dans le pays se sont radicalisés et ont planifié le massacre de Bowling Green. Cela n'avait pas été couvert» par les  médias, a-t-elle affirmé. Sauf qu'il n'y a jamais eu de massacre à Bowling Green, petite ville tranquille du Kentucky (centre-est). Deux Irakiens habitant à Bowling Green ont bien été inculpés en 2011 pour avoir essayé d'envoyer de l'argent et des armes à Al-Qaïda, et pour avoir utilisé des bombes artisanales contre des soldats américains lorsqu'ils étaient en Irak. Les deux purgent actuellement de longues peines de prison. Après cette affaire, Barack Obama avait ordonné un renforcement des  contrôles des antécédents pour les réfugiés irakiens, mais il n'a jamais suspendu le programme d'accueil, a souligné le Washington Post.

Canada : une mosquée vandalisée le jour des funérailles des victimes de la fusillade
l Une mosquée de Montréal a été vandalisée jeudi quelques heures avant que les responsables politiques et des milliers de personnes affichent, lors des funérailles des victimes de la fusillade survenue dimanche à Québec, l'unité du Canada face à l'intolérance. Une vitre a été brisée et des œufs jetés sur la façade de la mosquée Khadijah, située dans un quartier au sud-ouest du centre de Montréal, a indiqué un député. «Je viens de confirmer qu'une mosquée à Montréal vient d'être vandalisée. Condamnons tous cet acte odieux !», a posté sur son compte Twitter ce député, qui avait assisté un peu plus tôt à la cérémonie en hommage à trois des six victimes de la fusillade dans une mosquée de Québec survenue dimanche. Des graffitis ont été peints sur le bas des murs ces derniers jours et, jeudi à l'ouverture de la mosquée, le gardien a découvert les actes de vandalisme, selon les médias locaux.  La police a ouvert une enquête. Jeudi, les responsables politiques ont tous appelé à l'unité nationale au cours des funérailles de trois des six victimes de la tuerie de la mosquée de Québec. Lors d'une conférence de presse à l'issue des funérailles, le maire de Montréal a estimé que la cérémonie avait «été un moment important et historique» en envoyant «un message fort (...) que nous pouvons être égaux et différents à la fois».

Portugal : emportée par une vague en vénérant une déesse de la mer
l Une femme de 34 ans était portée disparue  hier après avoir été emporté la veille par une vague sur une plage du centre du Portugal, où elle participait à une cérémonie religieuse pendant une  forte tempête. Trois autres personnes avaient été emportées par cette vague jeudi soir sur la plage de Costa Nova, mais sont parvenues à rejoindre le rivage, ont indiqué les services de secours de la région d'Aveiro. «Nous tentons de comprendre ce qu'il s'est passé. C'était un rassemblement de dix personnes et quatre d'entre elles ont été emportées par la vague», a déclaré le capitaine du port d'Aveiro en charge des recherches.  D'après les médias locaux, les quatre personnes faisaient partie d'un groupe plus large de dix adeptes du culte candomblé, qui honoraient la déesse de la mer Iemanja en dépit des appels à la prudence lancés par les autorités en raison des intempéries. Une grande partie de la côte portugaise avait été placée jeudi en «alerte rouge», le plus haut niveau des alertes météorologiques, en prévisions d'une forte houle, des vents violents et de la pluie. Des bougies, des fruits frais, des colliers et une boîte avec deux paires de chaussures ont été trouvés près de l'endroit où les quatre personnes ont été emportées, a rapporté le quotidien local. Les adeptes du candomblé célèbrent Iemanja tous les 2 février, en jetant des fleurs à la mer vêtus de blanc, pour avoir bonne fortune.

Chine : exil, prison, enlèvement, la vie stressante des milliardaires
l Disparition, arrestation, procès pour corruption... En Chine, les riches patrons ont besoin de l'indispensable soutien du Parti communiste. Mais ces relations «dangereuses» s'avèrent «à  double tranchant» lorsque le vent politique vient à tourner, pointent des experts. Le pays compte le plus grand nombre de milliardaires au monde : 594, selon le dernier classement du magazine spécialisé Hurun. Parmi eux, de nombreux chefs d'entreprises, enrichis grâce au développement économique. Mais aussi à  leurs soutiens politiques plus ou moins durables, à l'image de Xiao Jianhua, un milliardaire qui a «disparu» à Hong Kong la semaine dernière après avoir été enlevé en toute illégalité par des agents de Pékin, selon la presse locale. «Les hommes d'affaires chinois connaissent leur pays. Ils savent tous qu'ils doivent se ménager des appuis» auprès des autorités, souligne un professeur à l'université baptiste de Hong Kong. «Tous les jours, des responsables locaux du Parti communiste reçoivent des cadeaux de patrons (...) qui ont besoin de protection». Sans ce soutien, un homme d'affaires risque par exemple de payer davantage d'impôts «car la fiscalité est très arbitraire en Chine» note un politologue ,à l'université chinoise de Hong Kong. L'entreprise peut même  «disparaître», assure-t-il.